Célestin

 

 

 

Accueil

www.@gric'old.fr


- Peux t'on conseiller l'achat du tracteur Ferguson ? -

Question posée par un journaliste Suisse.

Il est difficile de donner des renseignements précis sur le tracteur Ferguson pour différentes raisons. D'une part ce tracteur n'a été soumis aux essais ni à l'IMA ni à Marcelin; d'autre part il y a quatre exécutions différentes de tracteurs portant ce nom et enfin la publicité qui est faite autour de cette machine paraît tellement tapageuse qu'il est prudent d'être circonspect.
Harry Ferguson à Deaborn USA, a construit tout d'abord un tracteur Ferguson à trois vitesses en collaboration avec Henri Ford: le moteur est un Ford. 

En Amérique il a paru insuffisant et des constructeurs font une boite à vitesses auxiliaire qui permet de porter de trois à six le nombre des vitesses. 

Mais Harry Ferguson et Henry Ford se sont brouillés; Ferguson construit maintenant avec l'aide d'autres constructeurs et de son côté, Ford a modifié l'exécution et fait maintenant sous le nom de tracteur Ford, le Ferguson à quatre vitesses. Entre temps Ferguson a remis une licence de fabrication à une maison anglaise, la fabrique d'automobiles Standard qui livre actuellement en Suisse un tracteur pourvu d'un moteur Continental importé d'Amérique. 

Il est à prévoir d'une part que cette Maison fera elle-même ses moteurs et d'autre part qu'elle changera le nom pour éviter des confusions; ce serait alors le cinquième Ferguson! 

Il est de grandes fabriques qui ne veulent pas tenir compte des besoins de l'agriculture et tiennent à faire un modèle spécial tel qu'il ne soit pas possible de l'utiliser avec des outils existants. 

Ainsi l'idée de Ferguson est de faire un tracteur anormal afin de pouvoir livrer tous les outils qui vont avec le tracteur. 

L'agriculteur qui possède par exemple un Ferguson et un International serait obligé d'avoir tous les instruments à double car les outils Ferguson ne s'adaptent pas sur l'International et vice-versa. 

Si l'on prend par exemple le cas de la faucheuse ou de la moissonneuse lieuse on constate que l'instrument International est pourvu de la prise de mouvement normale de 1 3/8 de pouce anglais tournant à 540 tours ( la même prise que l'on trouve sur le Vevey, Hurliman, Buherer, Meili, Fordson Major, International, Case, Oliver, etc). Par contre, le Ferguson a une prise de 1 1/8 de pouce, tournant à 1000 tours par minute. 

Il faudra donc un arrache pommes de terre spécial, une lieuse spéciale, une fraise spéciale pour le Ferguson. Lorsque un agriculteur voudra remplacer son Ferguson par un tracteur plus puissant, il sera obligé de mettre au rebut tous les outils prévus pour le Ferguson.

Il faut donc être extrêmement prudent et nous ne pouvons recommander l'achat de ce tracteur que lorsqu'il s'agit d'une très grande exploitation de cultures maraîchères qui utilise le Ferguson exclusivement comme tracteur à sarcler.

En effet, cette machine très légère a une première vitesse de 5,5 km/h ce qui est trop rapide pour beaucoup de travaux agricoles et l'écart entre la troisième et la quatrième vitesse est très élevé ce qui rend difficile parfois le passage de troisième en quatrième. 

Il y a lieu de noter qu'à l'heure actuelle la demande en tracteurs est si forte que l'agriculteur achète une machine non point à cause de ses caractéristiques, mais parce qu'elle est livrable dans un délai qui lui convient. 

Dans quelques années, lorsque la production sera satisfaite, les constructeurs et importateurs seront obligés de tenir compte davantage des besoins de l'agriculture. 

La publicité faite autour du tracteur Ferguson est excessive. Ainsi, la Revue Automobile, à fin avril 1947 disait que grâce à un parallélogramme le tracteur appuie au sol ce qui augmente l'adhérence. On peut déduire de cet article que ce parallélogramme merveilleux permet au tracteur de n'avoir plus de poids, que plus l'effort demandé est grand, plus le tracteur adhère au sol. 

Les prospectus d'origine de Harry Ferguson disent au contraire que par le fait que la charrue est portée l'adhérence augmente quelque peu. C'est le cas de tous les tracteurs suisses à charrue portée. 

Harry Ferguson précise qu'il n'y a pas de dispositif de déclenchement à la charrue parce que le tracteur est assez léger et qu'il patine avant que la charrue ne souffre. 

Il y a lieu de relever que ce tracteur est muni d'une prise de mouvement anormale, qu'il est si près du sol qu'il n'est pas possible de monter une charrue ordinaire portée et que le siège est placé tellement en avant que le conducteur ne peut actionner les freins de la remorque ou les leviers de réglage des instruments de culture normaux.

pied de document

Affichage conseillé: 1024 x 768 | ©2007-2017 Agric'old | retour haut de page | reproduction interdite sauf accord écrit |