Paul

 

 

 

Accueil

www.@gric'old.fr


- 30 avril 2017 histoire de peinture

Déjà écrit par ailleur, je ne suis pas carrossier, encore moins peintre, j'essaie de m'appliquer pour obtenir un résultat qui me satisfasse, c'est pas évident; un dicton dit: "plusieurs fois sur le métier remets ton ouvrage", je reconnais à son auteur une certaine clairvoyance.

La calandre (reprise au moins cinq fois, pocs, frisures, coulures....)

calandre1

calandre2

calandre3

La couverture de tableau de bord, celle-là aussi m'aura donné du fil a retordre:

echappement hs




Quant au capot, il m'en aura fait voir de toutes les couleurs, deux sablages suite à des incompatibilités entre le mastic, l'apprêt et la peinture. Dernière en date une frisure apparue d'on ne sait où. (voir page précedente) Mais je l'aurai un jour, je l'aurai:

Etat du capot à sa prise en main: (peinture sur peinture trés certainement sans aucune préparation.....)

capot1












En parlant de capot, la simplification des stocks nécessitait certainement la possibilité de plusieurs identifications suivant le modèle de tracteur, c'est pour cela qu'on retrouve tous les perçages nécessaire au lettrage séparé:

perçages

Les deux perçages supérieurs permettent de poser les plaques derniers modèle. Les plus petits, eux, sont destinés au lettrage individuel:
Exemple: une plaque noire sert de fond, ensuite sont insérés: le sigle "Favorit", les chiffre "4,10,11 ou 12" suivant le cas (ici c'est un 3, c'est le seul que j'avais sous la main) puis la lettre "S".

tbdbrecto



pied de document

Affichage conseillé: 1024 x 768 | ©2007-2017 Agric'old | retour haut de page | reproduction interdite sauf accord écrit |